• MOYEN ÂGE;

    Saillans, vue de Peyplat avril 2012 ;

  • Article 29 septembre 2015 - merci de ne pas reproduire cette photo -

    Fouilles dans la Grande Rue de Saillans - 15 décembre 2014 - merci de ne pas reproduire cette photo ;

    Dimanche 20 septembre 2015

     

    CONFERENCE au Temple à 14h30 : histoire du prieuré de Saillans et archéologie de son cimetière, par Claire Péquignot, archéologue responsable des fouilles à Saillans et Michèle Bois, historienne, docteur en archéologie médiévale.

    1-Fouilles et tombes :

    Datation au carbone 14 + croisement avec d’autres informations.Travail sur prescription de l’état S.R.A. (Service Régional de l’Archéologie). Ouest de l’église la terrasse alluviale a été retrouvée.Repérage d’un mur de soutènement du coteau (stabilisateur) à l’ouest de l’église : au delà aucune sépulture n’a été trouvée.
    Moyen-âge : coffres en pierre et des coffrages mixtes. Pas de sépultures (dans la zone fouillée) entre le 13ème et le 17ème siècle.Sépultures entre le 11ème et le 13ème siècle et 17ème et le 18ème siècle dans cette même zone fouillée.
    Moyen-âge : les postures des défunts devaient être humbles en vue de la résurrection, les restes retrouvés révélaient des postures variées.
    Recrudescence de coffres mixtes à l’époque moderne.
    Les enfants, les immatures sont mélangés aux adultes.
    Les fouilles ont révélé une tranchée médiévale avec ré-inhumation des ossements tout le long de cette tranchée.
    Il semble que les couvertures des tombes étaient affleurantes et très hermétiques.
    Le site était occupé au 7ème siècle : tessons (sans inhumation).
    Le site était occupé entre les 13ème et 17ème siècle sans inhumation.Les cimetières étaient des lieux vivants (il pouvait y avoir des fêtes).

     2-Défunts et rites funéraires :

    Les têtes des corps sont placées vers l’Est.Inhumations quasi exceptionnellement accompagnés de mobilier.Un verre daté d’après la moitié du 11ème siècle et d’avant la moitié du 12ème. siècle a permis de reculer dans le temps la connaissance du verre dans la Drôme.

    Enclos prieural : mur d’enceinte avec un caractère de fortification de 1,2m de large, au Nord avec retour vers l’Est.
    Le cimetière s’est réduit avec l’avancée du village.
    Révélation d’un enduit sur un mur (sans preuve qu’il s’agit de l’église ancienne) : draperie dont seuls les pompons sont réellement visibles, mais avec une palette chromatique très large.Cet enduit date de l’époque romane (environ an 950/12ème siècle).

     3-Publications et conclusion :

    Articles :

    • dans la revue archéologique du Diois ;
    • dans la revue archéologique Drômoise ;
    • dans la revue de l’archéologie médiévale du Sud Est.

    Il est rappelé que les cimetières étaient contigus aux églises et à Saillans, il y en avait donc 2 : Notre Dame du Bourg et Prieuré.
    J'ai noté des axes majeurs : la zone (qui était effectivement hors La Ville au Moyen Âge), mais aussi la tranchée médiévale, les périodes d'inhumations, la découverte d'un objet en verre du Moyen-âge/époque romane, l'enclos prieural et l'enduit peint/époque romane.


    André Oddon.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique